Quitter mon fiancé non-chrétien ?

Prendre la décision de ne pas se marier avec la personne dont on est amoureux et de qui on est aimé, parce qu’on désire plus que tout obéir à Dieu… Quel déchirement ! Il me semble que l’on doit le ressentir jusque dans sa chair, comme Abraham appelé à sacrifier Isaac.
Et où trouver la force d’infliger à l’autre une rupture sentimentale au motif qu’il n’est pas encore sauvé ?


Il faut tant de courage pour renoncer à un amour par obéissance à Dieu ! Il faut croire si fort que Dieu veut notre bien par-dessus tout ! Cette décision témoigne d’une telle foi que j’aimerais, ne serait-ce qu’une seule fois dans ma vie, croiser la route d’une personne qui aura su la prendre.

En écrivant ces lignes, je réalise que c’est le cas.

Il était amoureux, on ne pouvait en douter. Il m’admirait. Il était chrétien de cœur et moi de culture. Je voulais être sa femme, pour toujours, fonder avec lui une famille et vieillir à ses côtés. Je l’aurais bien aimé. C’était mon premier amour. Il a mis un terme à notre relation en me disant que si c’était la volonté de Dieu de nous réunir, celui-ci le ferait. Il n’y avait pas d’argument opposable à sa décision qui nous a fait souffrir tous les deux. J’ai pleuré longtemps. Puis j’ai attendu que son Dieu nous réunisse.
Des années plus tard, j’ai appris qu’il s’était marié. Alors seulement j’ai cessé d’espérer.
Je ne lui en ai jamais voulu, peut-être parce que je savais au fond de moi-même que rien ne pouvait se placer au-dessus de ce qui l’avait conduit à sa décision. Certains diront que j’ai été abandonnée lâchement. Ce n’est absolument pas ainsi que j’ai vécu cette séparation. Mon cœur a douloureusement saigné mais sans reproche. Je ne me souviens pas avoir été en colère. J’ai juste souffert affreusement et espéré.
Aujourd’hui, j’admire le courage de ce jeune homme. Je sais qu’il a gardé la foi. Toutes choses travaillent ensemble à notre bien ; nous voudrions qu’elles travaillent à notre plaisir. Mais je reconnais avec le recul des années que cette décision conforme à la volonté de Dieu a été bénéfique pour chacun de nous. Et comment pourrait-il en être autrement ? Dieu n’abandonne pas ceux qui le rejettent : abandonnerait-il ceux qui font sa volonté ? Peut-être cet homme a-t-il dû lutter contre l’idée qu’il m’avait abandonnée. La vérité est que sa décision m’a préservée d’un mauvais projet et que, peu de temps après que j’y ai moi-même renoncé, Dieu m’a sauvée, me faisant ainsi entrer au temps convenable dans le plan merveilleux qu’il avait pour moi. Par l’obéissance de ce jeune homme, j’ai été bénie.

Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père qui est plein de bonté, le Dieu qui réconforte dans toutes les situations.” (2 Corinthiens 1:3)

Dieu sait donner une conviction personnelle d’arrêter une relation avant le mariage. Il sait parfaitement ce qu’il nous en coûte de renoncer à un amour pour lui obéir. Il sait aussi comment nous réconforter (rien ne garantit que ce soit par un mariage).
Il s’occupe de l’autre : nous ne l’avons pas abandonné ; en obéissant à Dieu, nous le lui avons confié. Dieu s’occupe des conséquences des choix qu’il nous demande.

Que ceux que Dieu a convaincus de renoncer à un amour naissant, reçoivent une sainte consolation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5 commentaires

  • Que dire si ce n’est que je comprends parfaitement cette histoire, la souffrance qui en a decoulé. Bien entendu que ce jeune homme a eu le courage de la foi, il a dû souffrir, qu’est-il advenu de sa vie ensuite, marié oui, avec qui, en Christ ou pas ?? En tout cas, ce que je sais de mon Dieu, c’est qu’il n’est pas pervers, pas violeur de notre volonté, qu’il est absolument amour, celui qui reste dans son obéissance malgré les larmes, ne le regrettera pas. Aurais-je obéi totalement si j’avais eu à faire le choix, maintenant je dis oui, c’est facile !!! La bible dit c’est à dire celui qui se croit si fort, peut devenir le plus faible, à méditer !!!

    • Merci pour vos mots pleins de compassion.
      Oui, obéir est une bénédiction.
      Et pour ceux qui n’y arrivent pas, il y a la grâce. Cela n’est pas un laissez-passer pour le péché. C’est que personne ne peut prétendre obéir en tous points à la loi. Romains 5:20

  • J’ai moi-même dû faire ce choix il y a 3 mois… J’ai 17 ans et malgré mon jeune âge j’ai énormément confiance en Dieu à cause d’une enfance où lui a été mon seul refuge. On peut se dire qu’à 17 ans j’ai encore toute la vie devant moi, que c’était qu’un amour de jeunesse et que Dieu me mettra le garçon qu’il a prévu pour moi sur ma route le moment venu… Mais c’est un choix terrible, ça fait vraiment mal… J’aime énormément ce garçon, j’arrive pas à arrêter d’espérer qu’un jour Dieu me dise que oui c’est bien lui mais qu’il m’en a éloigné pour toucher son cœur… Certains diront que ça fait que 3 mois que j’attends une réponse de Dieu et que ce n’est pas beaucoup… Mais quand ce garçon vous le voyez tous les jours parce que vous êtes dans le même lycée et en plus vous avez les mêmes amis, c’est terrible. Je ne sais pas ce que je cherche exactement en disant tout cela ici, peut être du réconfort, ou juste ça fait du bien de sortir tout ça d’autant que j’ai l’impression que mon église ne se rend pas compte de l’importance de ce choix… Enfin voilà, j’ai de plus en plus mal, j’aime Dieu mais j’ai tellement peur que ça ne soit pas lui… Si tu lis ce message est ce que ça te dérangerait de prier pour moi ? Merci…

    • Oui, Grace, j’invite tout lecteur qui tomberait sur ces mots à prier sans délai pour vous.

      L’amour est une chose magnifique. Il est vrai qu’à 17 ans les sentiments sont forts et impérieux. Ne pas pouvoir les exprimer est bien douloureux.

      Dieu ne veut pas que nous souffrions.
      Pour nous préserver de souffrances inutiles, il nous a laissé un mode d’emploi. C’est lui qui nous a créés, il connaît parfaitement le mode d’emploi de sa créature. Ne pas suivre ce mode d’emploi, c’est aller au-devant de soucis.

      Pour les couples, voici le mode d’emploi de Dieu : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. » (Genèse 2:24) D’abord, l’homme quitte ses parents. Il a un métier qui lui permet de ne plus dépendre d’eux ; il se détache affectivement d’eux, notamment de sa mère. Ensuite seulement, il s’attache à SA femme, c’est-à-dire à la femme avec laquelle il s’engage pour la vie. Ensuite seulement, ils font une seule chair. « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. »

      Vous vous sentez obligée de renoncer à votre amour à cause d’une différence spirituelle entre vous. Mais Grace, le danger n’est pas là aujourd’hui. Comprenez que vous devez laisser le temps à votre ami de « quitter ses parents ». Je ne sais pas s’il a encore ses parents mais il est au lycée. Il a du chemin à faire pour être autonome dans la vie. Pourquoi vouloir aujourd’hui tordre le cou à une relation alors que ni l’un, ni l’autre n’êtes autonomes (matériellement et émotionnellement) pour vous engager dans un mariage ?

      Vivez le présent avec foi en votre Créateur, laissez votre ami devenir un homme, priez pour lui afin que le Saint Esprit touche son cœur et arrêtez de souffrir inutilement.
      Est-ce que ce programme vous convient ?
      Je reste à l’écoute si vous voulez poursuivre nos échanges.
      En toute amitié fraternelle.

      Isabelle Rivière

  • Bonjour, merci pour vos paroles. Aujourd’hui j’ai pris cette douloureuse décision. Je pleure mais j’ai la paix car j’obéis à Dieu, et je meurs à moi-même dans cette affaire… et je sais qu’Il recueille chacune de mes larmes (Psaume 116:15 Elle a du prix aux yeux de l’Eternel, La mort de ceux qui l’aiment).
    Depuis le début je savais que cette relation sentimentale n’était pas une bonne idée, mes proches m’avaient conseillé, et dans le secret de mon âme je sentais bien que je revoyais mes standards à la baisse car depuis longtemps j’avais demandé à Dieu un homme qui L’aime par-dessus tout. J’ai rompu une première fois, mais suis très vite revenue… Mais cette fois-ci j’ai rompu par amour pour le Seigneur
    Pendant ces quelques mois de fréquentation avec cet homme j’ai tout de même appris que je pouvais être aimée pour ce que je suis mais que j’avais aussi besoin de me préparer davantage pour le mariage… Cet homme avait presque tout pour me plaire, y compris le désir de chasteté jusqu’au mariage, mais c’est ce “presque” qui fait la différence.
    A ceux qui hésitent à franchir le pas, demandez au Seigneur de faciliter la séparation, car c’est difficile par nos propres forces. Mais cela en vaut la peine. Et en cette période de Pâques, c’est symboliquement important de se souvenir de là où nous avons été tirés et le prix qu’Il a payé pour nous sauver de la fange du péché, péché si séduisant et réconfortant pour la chair.
    Je ne sais pas si Dieu a prévu de nous réunir un jour, bien sûr je prie pour lui. En tous cas j’ai pris un galon en maturité spirituelle, alors gloire à Dieu.
    Courage à tous en Christ

Quelque chose à dire ? Laissez votre témoignage !