1 juin 2016 - 4) Il est mauvais    2 commentaires

Il ne se convertira jamais ! (2)

Voici une autre pensée qui devrait rassurer celles qui s’inquiètent du salut de leur mari : ce n’est pas parce que l’on ne voit rien qu’il ne se passe rien. Certes, celui qui vient de se convertir vit des changements manifestes que l’entourage peut voir. Une conversion « silencieuse » est plutôt rare. Il est écrit que l’on reconnait l’arbre à ses fruits (Matthieu 7:20). Mais inversement, celui qui n’est pas converti n’est pas nécessairement en train de s’éloigner de Dieu.

Le chemin vers Dieu est parfois comparable à une chaîne. Pour la construire, on ajoute un maillon à la fois. Par un témoignage, une lecture, une épreuve, sont ajoutés un par un les maillons de la chaîne qui reliera un jour la personne à Dieu. Il est extrêmement gratifiant d’être présent dans la vie de quelqu’un au moment où est ajouté le dernier maillon, et ainsi d’assister à sa conversion (certains disent un peu abusivement : de l’amener au Seigneur…) mais cela arrive rarement. En revanche, il nous est donné fréquemment d’ajouter un maillon intermédiaire. Cela passe généralement inaperçu, mais chaque maillon a de la valeur et est indispensable. C’est pourquoi il faut garder courage face à quelqu’un qui ne se convertit pas. Dieu travaille en attirant à lui (Jean 6:44). Je peux croire que mon mari est en chemin vers la conversion. Cela est en accord avec 1Corinthiens 7:14 : « le mari non-croyant est sanctifié par la femme » ; il est mis à part pour Dieu qui prend un soin particulier à le faire avancer.

ChaîneEn conclusion, je garde espoir au sujet du sort éternel de mon mari. Tant qu’il est vivant, il peut se convertir. Je sais que Dieu l’attire et le bénit à travers moi. Je prie que soient multipliées -et saisies- les occasions d’ajouter des maillons à la chaîne qui se construit pour relier mon mari à son Créateur. Si je n’assiste pas à sa conversion, il se peut que le tout dernier maillon ne soit ajouté qu’à son dernier souffle; je sais alors que Dieu, dans sa fidélité à l’œuvre du Seigneur Jésus, le prendra comme son enfant. J’aurai ainsi la surprise et la joie de le retrouver à la première résurrection, au retour du Seigneur. C’est à cela que je m’attends.

 

« C’est pourquoi ne portez aucun jugement avant le moment fixé, avant le retour du Seigneur, car il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres et il dévoilera les intentions des cœurs. Chacun recevra alors de Dieu la louange qui lui revient. » (1 Corinthiens 4:5)

 

2 commentaires

  • Merci pour cet encouragement.

  • Bonjour, c’est ce qui s’est passé pour mon père.
    Il a vu ma mère aller à l’église et prier durant leurs années de mariage mais lui ne voulait pas franchir le pas avec le Seigneur.
    Mais Dieu est venu le chercher sur son lit de mort, à l’hôpital où il a rendu son dernier souffle.
    Un ambulancier chrétien lui a parlé du Seigneur et lui a dit avant de partir « surtout monsieur n’oubliez pas ce que je vous ai dit ». Mon père est mort quelques jours plus tard. C’était son dernier rendez-vous avec Dieu.
    Quelques années plus tard, une sœur chrétienne qui fréquentait l’église où allait ma mère, lui a dit : « ma sœur, j’ai reçu du Seigneur que ton mari est sauvé ». Merci mon Dieu pour lui.

Quelque chose à dire ? Laissez votre témoignage !