29 août 2014 - 4) Il est mauvais    Aucun commentaire

Il blasphème

« Non mais tu te rends compte, il insulte Dieu ! »

Béatrice, récemment convertie, avait offert une Bible à son mari. Il commença à la lire depuis la Genèse. Mais contrairement à l’effet recherché, il la referma en insultant Dieu pour sa cruauté. Outrée par les propos de son mari et frustrée d’avoir encore si peu d’arguments valables à lui opposer, Béatrice se mit en colère contre lui, et en culpabilisa.
Voici ce que je lui ai répondu.

« Moi aussi, je suis affectée par le manque de respect à Dieu, surtout venant de mes proches. Je crois que cette réaction de douleur honore Dieu. Nous souffrons avec lui de voir les hommes s’égarer à ce point et c’est bien ce qu’il nous invite à faire, non pour le plaisir de souffrir mais parce que c’est ainsi que s’expriment notre compassion et notre légitime colère.

Le rejet de Dieu, les insultes font partie du péché. Ils font partie de ce pour quoi Jésus Christ est mort. Ils sont couverts par sa grâce. Alors que Jésus sur la croix entendait les insultes des témoins contre Dieu, sa réaction a été de dire : « Père, pardonne-leur car ils ne savent ce qu’ils font ». (Luc 23:34)

Seul le blasphème contre le Saint-Esprit n’est pas pardonnable. « C’est pourquoi je vous dis : Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera point pardonné » (Matthieu 12:31). En d’autres termes, si mon conjoint persiste délibérément à refuser le pardon de Dieu alors que le Saint-Esprit a fait (selon Jean 16:8) le travail de lui révéler ses péchés, Dieu ne le forcera pas. Il ne lui sera pas pardonné contre son gré.

Quand un de mes proches insulte Dieu, ma responsabilité est de garder le lien avec lui, en le regardant comme quelqu’un qui ne connait pas Dieu et pour qui Christ est mort. Garder le lien, ça peut être parler pour afficher la vérité, se taire parce qu’aucun argument n’est recevable à ce moment-là, ou encore mettre en place une stratégie pour l’avenir, pour semer un peu de lumière et de vérité à un meilleur moment. Quand Dieu est insulté, j’ai à écouter le Saint Esprit et faire ce qu’il suggère.

Ta réaction avec ton mari était ajustée. Tu as posé une limite. Tu n’as pas cherché à justifier Dieu. Tu n’as pas inventé des arguments que tu n’avais pas. On n’a jamais fini d’apprendre à maîtriser sa langue mais avec le temps et l’écoute de Dieu, on parvient à parler utilement. « sanctifiez le Seigneur le Christ dans vos cœurs ; et soyez toujours prêts à répondre, mais avec douceur et crainte, à quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous. » (1 Pierre 3 :15)

A toi maintenant de ne pas glisser sur la pente du jugement envers ton mari. Ce qu’il a dit n’est pas pire que ses autres péchés et sa réaction montre qu’il a été fortement touché par ce qu’il a lu. C’est ainsi que procède parfois Dieu dont la Parole est vivante, pour toucher ceux qu’il appelle.
Ne t’inquiète pas pour cet événement, retrouve ta paix et présente à Dieu ton mari en lui disant : Père, pardonne-lui car il ne sait pas ce qu’il fait. »

blasphème

 

Quelque chose à dire ? Laissez votre témoignage !